Village de marque

on dailyvici's blog

Lien: https://actu.fr/auvergne-rhone-alpes/valserhone_01033/ce-gigantesque-village-de-marque-et-ses-100-magasins-vont-sortir-de-terre-a-1-heure-de-lyon_55210956.html

Prenez un pays qui souhaite limiter l'usage de la voiture. Qui souhaite inciter à la sobriété. Qui souhaite limiter ses importations. Qui souhaite baisser ses émissions de gaz à effet de serre. Et qui souhaite arrêter l'artificialisation des sols.

Dans un tel pays on se dirait que l'on va inciter à ce que les nouveaux commerces soient établis près des logements, de telle sorte que l'on puisse y aller au maximum sans voiture ; on va éviter de construire de nouveaux parkings géants qui imperméabilisent le sol et sont des aspirateurs à voiture ; on va éviter de créer des "villages de la tentation" pour inciter à consommer encore plus d'objets (notamment vêtements et accessoires) alors que ce n'est peut-être pas la priorité ; enfin on va éviter de favoriser la consommation de biens importés (sachant que les "marques pas chères" se fournissent pour l'essentiel hors de France, puisque la condition des prix bas est de ne pas fabriquer dans l'Hexagone).

Le "gigantesque village de marques" qui s'ouvrira bientôt entre Lyon et Genève illustre à merveille que pour le moment les grands discours ne sont pas nécessairement incarnés dans les projets concrets. Dans le cas présent le problème n'est pas un défaut de financement ou de compétences pour faire ce qu'il faut faire : il est un défaut de règles empêchant l'apparition de projets qui contribuent à nous entraîner dans mauvaise direction.

Car c'est une chose de modifier l'existant, et une autre de ne pas en rajouter aux problèmes. Le deuxième cas de figure est à l'évidence bien plus facile. Tant que le pays ne se dotera pas de la capacité à empêcher d'en rajouter aux difficultés, on peut malheureusement être un peu pessimiste sur notre capacité à modifier l'existant, ce qui est généralement un cran au dessus question difficulté à faire.

Post original sur LinkedIn